mardi 30 janvier 2018

La barre chocolatée et son effet boomerang

Claude PORET, le directeur d’ « Images du Monde », a présenté samedi dernier au Bourilhou, les problèmes et conséquences soulevés par la confection de la barre chocolatée, que nous avons l’habitude de consommer dans la vie courante.

Le film produit par Canal + révèle une multitude de conséquences et d’actions insoupçonnées à l’autre bout du monde. Le film nous fait voyager de Sumatra au Brésil, en passant par des pays d’Afrique. Il nous fait rencontrer une multitude de travailleurs, liés étroitement aux compositions qui entre dans la fabrication de la barre chocolatée. Il nous révèle les trois principaux ingrédients incontournables, le cacao, l’huile de palme et le soja ! Il montre la surexploitation des terres, la disparition  et défrichement de la forêt en Amazonie au détriment de terres vouées aux cultures locales, les problèmes posés par la culture  du palmier à huile, à Sumatra, où la faune locale (notamment  les orangs outans) doit être déplacée. Cette surexploitation s’applique aussi aux  humains et en particuliers aux enfants mineurs, qui dès leur plus jeune âge, sont obligés par leurs parents, à travailler (victimes de coutumes ancestrales et familiales) dans des conditions extrêmes pour assurer leur vie et leur nourriture quotidiennes.

Avec ce film de Diégo BUNUEL, on comprend mieux les enjeux économiques, liés à la barre chocolatée. Il nous propose une immersion complète dans un monde inattendu  et nous plonge dans un marché, montrant la disproportion   des genres de vie entre exploitants et exploités, dont les conditions sont plus que misérables chez ces derniers.

Un débat animé a terminé cette rencontre, qui malheureusement, une fois encore, a attiré un public trop clairsemé. Dommage car le documentaire était passionnant et sortait de l’ordinaire.